Pour des bains de mer sans plastiques

©2006 20 minutes

— 

Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés sonnent mieux que mégots de cigarettes et canettes de bière. C'est pour cela que le ministère de l'Ecologie a lancé hier la campagne « Ports et littoral propres », afin d'inciter les estivants à se mobiliser cet été contre les déchets qui transforment les bains de mer en plongeons dans les sacs en plastique et les bains de soleil en inhalations de mégots. Le ministère va donc distribuer, en anglais et en français, dix mille affiches sur les côtes françaises rappelant que « certaines traces ne s'effacent pas ».

Outre les désagréments qu'elle occasionne aux vacanciers, la présence d'ordures sur les plages oblige à les nettoyer en passant des cribleuses mécaniques sur les grèves. Or non seulement ce raclage retire du sable à chaque passage, mais en plus, il ramasse tous les débris naturels, comme les algues ou les bois flottés pourtant nécessaires au bon fonctionnement du milieu naturel marin. En mer, le vagabondage de certains déchets produit un effet désastreux sur la faune et la flore, tuant même parfois des oiseaux ou des mammifères marins, par enchevêtrement ou ingestion.

Une étude de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) a permis d'estimer les quantités de déchets qui gisent au fond des mers : 300 millions dans le bassin méditerranéen, 150 millions pour la Mer du nord, 50 millions pour le Golfe de Gascogne et 40 millions en Adriatique. La mer se transforme trop souvent en vide-grenier.

L. d. C.