Hollande approuve "certains propos" de Royal sur la sécurité

— 

 Dans une interview accordée au Journal du dimanche, François Hollande juge que "certains propos" de Ségolène Royal sur la sécurité "vont dans le bon sens", malgré un désaccord sur l'utilisation de l'armée pour la réinsertion des jeunes délinquants. Le numéro 1 du PS estime que les "socialistes doivent montrer aux Français que la gauche peut être plus efficace que la droite en matière de sécurité". Il approuve ainsi les propositions de sa compagne sur "le dédoublement des collèges de 1.000 élèves, l'éloignement des mineurs délinquants dans des centres d'éducation renforcée".
Mais, poursuit-il, "je ne partage pas son point de vue sur l'utilisation de l'armée dans le domaine de la réinsertion des jeunes délinquants", qu'elle a d'ailleurs "rectifié" depuis en précisant qu'elle parlait d'un "chantier humanitaire encadré par des militaires" pour certains jeunes.
"L'essentiel est dans la volonté de tous les socialistes de saisir à bras-le-corps les questions de sécurité", souligne François Hollande, pour qui il n'y a au PS "ni angélisme, ni dérive sécuritaire". Il demande à Ségolène Royal, comme à tous les autres présidentiables socialistes, de "contribuer à enrichir notre projet par leur réflexion et leur sensibilité". Mais "chacun, chacune devra ensuite" être "le promoteur le plus fidèle" de ce projet, avertit le numéro 1 du PS. "Il faut savoir s'élever à la hauteur" de l'enjeu d'une victoire socialiste à la présidentielle, et "penser d'abord collectif".
François Hollande ajoute qu'il y aura selon lui "beaucoup moins de candidats (à l'investiture du PS) qu'annoncés" à l'automne prochain, "à l'heure du choix". "Ils auront compris qu'il ne s'agit plus de prendre date, d'évaluer sa force comme dans un congrès PS, ou de négocier une place lors du second tour de cette primaire interne", souligne-t-il.