Tensions et confusion à Montfermeil et Clichy

©2006 20 minutes

— 

La nuit de mardi à mercredi a été le théâtre de tensions entre jeunes et policiers à Montfermeil (Seine-Saint-Denis) et, dans une moindre mesure, dans la commune voisine de Clichy-sous-Bois. Quatre policiers ont été légèrement blessés, des voitures brûlées et cinq personnes interpellées. Parmi elles, Muhittin Altun, le jeune rescapé du transformateur EDF dans lequel ont péri, le 27 octobre 2005, Zyed Benna et Bouna Traore. Un drame à l'origine de trois semaines d'émeutes dans le pays.

Cette fois, c'est l'interpellation de l'agresseur présumé d'un chauffeur de bus dans la cité des Bosquets qui provoque depuis lundi soir la colère des jeunes habitants du quartier de Montfermeil, rejoints par d'autres de Clichy-sous-Bois. « La façon dont la mère de ce garçon a été traitée est une honte, s'insurge un jeune homme rencontré hier à Clichy. Cette femme est comme notre mère. Ça explique la réaction de certains. » C'est en effet après la perquisition au domicile familial qu'on débuté les violences. La police rejette cette version de façon épidermique. Nicolas Sarkozy a estimé mardi soir que ces violences étaient « préméditées » et dirigées contre « l'attitude courageuse du maire » de Montfermeil. Témoin de l'agression du chauffeur de bus, l'élu avait dénoncé le coupable.

Dans ce contexte, l'arrestation de Muhittin Altun ajoute à la confusion. Il devait participer aujourd'hui au transport sur les lieux du juge chargé de faire la lumière sur le drame de Clichy. Son avocat, Jean-Pierre Mignard, ironise sur cette « superbe coïncidence ». Cette interpella- tion, estime t-il, est destinée à masquer « la seule et véritable affaire », la mort de Zyed et Bouna. « On veut décrédibiliser le témoignage de Muhittin et on retarde l'instruction afin de ne pas la voir aboutir avant la présidentielle. »

S. C.

Muhittin Altun a reçu une convocation à comparaître le 31 août devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour « participation avec armes [pavé] à un attroupement » et « dégradation volontaire d'un véhicule de police en réunion ».