Les Verts candidats aux embrouilles

©2006 20 minutes

— 

Yves Cochet ou Dominique Voynet: on saura mardi après-midi qui du député ou de la sénatrice a été choisi par les Verts pour les représenter à la présidentielle de 2007, au terme d'un vote à deux tours achevé le 23 mai.
Yves Cochet ou Dominique Voynet: on saura mardi après-midi qui du député ou de la sénatrice a été choisi par les Verts pour les représenter à la présidentielle de 2007, au terme d'un vote à deux tours achevé le 23 mai. — David Ademas AFP/Archives

Habitués aux chamailleries et autres guerres fratricides, les Verts ne récolteront pas le fruit d'une campagne interne, pour une fois apaisée, pour la désignation de leur candidat à la présidentielle 2007. En effet, hier, alors qu'on devait connaître le résultat du vote des militants, il a été impossible de départager les finalistes, Dominique Voynet et Yves Cochet. « Il y a deux voix d'écart entre les candidats, a annoncé hier après-midi, le secrétaire national des Verts, Yann Wehrling, sans préciser pour lequel. Pour éviter toute contestation, on a décidé de recompter les bulletins. » Une vérification qui est prévue aujourd'hui, mais chez les Verts, on se demande quelle attitude adopter. Si ce faible écart se confirme, le candidat vainqueur n'aura qu'une faible légitimité pour représenter le parti écologiste.

Stéphane Pocrain, ancien porte-parole des Verts et candidat à la présidentielle, est triste de constater que « les divisions du parti écologiste le conduisent aujourd'hui à s'effacer de l'espace politique ». Lui propose de remplacer l'écologie politique par une écologie populaire. « Nous avons besoin d'une conception pédagogique de l'écologie, on oublie par exemple que ce sont les plus pauvres qui sont très touchés par la pollution, explique-t-il. Les Verts ont réussi à sortir de la marginalité politique, mais ils ont été victimes de leur passage au sein de la gauche plurielle. » Pour autant, Stéphane Pocrain se dit prêt à travailler avec les Verts dès aujourd'hui. « Je lance un appel aux écologistes pour créer un pacte de refondation de l'écologie qui permettrait de créer un chemin dans le paysage politique français. Il faut refuser le piège qui consiste à opposer les questions sociales et les questions environnementales. » Mais les partisans de José Bové se sont réveillés hier soir, en proposant à nouveau que celui-ci soit le candidat des Verts. C'est reparti pour un tour.

David Carzon

Pour ce deuxième tour, 5 180 militants Verts ont voté, soit un taux de participation de 60,85 %.