Police et jeunes veillent

©2006 20 minutes

— 

La police refusait de communiquer sur le dispositif policier mis en place hier soir. « Il est bien évident qu'il est renforcé mais nous ne voulons pas avancer de chiffres », expliquait-on à la préfecture de Seine-Saint-Denis (93) hier. Du caractère important et ostentatoire de ce dispositif dépendaient en bonne partie les événements de la nuit. Devant chaque cage d'escalier de la cité des Bosquets, la garde était montée par des jeunes. Il suffit d'une étincelle pour déclencher des violences. L'annonce de la venue du ministre de l'Intérieur hier soir au commissariat de Gagny, auquel est rattachée la circonscription de Clichy-Montfermeil, faisait du bruit dans ces quartiers. « C'est ridicule de venir féliciter des policiers pour une attitude pareille », juge Samir, président de l'association Au-delà des mots, créée en mémoire de Bouna et Zyed.

S. C.

La mère de famille placée en garde à vue à la suite de la perquisition à son domicile lundi après-midi a été relâchée hier. Elle avait été mise en garde à vue pour outrage et rébellion lorsque les policiers étaient venus interpeller son fils. Ce dernier est mis en cause avec deux autres mineurs dans un cambriolage qui a eu lieu dimanche.