Amnistie de Guy Drut, incompréhension même à l'UMP

©2006 20 minutes

— 

Le président Jacques Chirac a "décidé de prendre une mesure d'amnistie individuelle" en faveur de l'ancien champion olympique Guy Drut, condamné en octobre dernier à 15 mois de prison avec sursis dans l'affaire des marchés publics de la région Ile-de-France, a-t-on appris auprès de l'Elysée.
Le président Jacques Chirac a "décidé de prendre une mesure d'amnistie individuelle" en faveur de l'ancien champion olympique Guy Drut, condamné en octobre dernier à 15 mois de prison avec sursis dans l'affaire des marchés publics de la région Ile-de-France, a-t-on appris auprès de l'Elysée. — Jack Guez AFP/Archives

L'hallali. La réprobation a été générale hier à l'Assemblée nationale concernant l'amnistie présidentielle de Guy Drut la semaine dernière, y compris dans les rangs des députés UMP. Plusieurs élus, de retour des vacances parlementaires, ont fait écho des critiques des électeurs dans leur circonscription. L'UMP Hervé Mariton a déclaré qu'il a été « davantage interpellé sur ce sujet que sur Clearstream ».

Le coup de grâce est venu du président même de l'Assemblée, Jean-Louis Debré, pourtant fidèle chiraquien. « Cette décision n'est pas comprise et son effet est ravageur, plus dramatique que le CPE ou Clearstream », a-t-il déclaré. Le député Dominique Dord a surenchéri, estimant que c'était « une connerie monumentale ». L'UDF et le PS ont continué de pilonner. « Ils sont devenus fous », selon François Bayrou. « C'est une République bananière », pour Jean-Marc Ayrault.