Toulouse: Nouvelle occupation pour réclamer l'interdiction du maïs OGM de Monsanto

avec AFP

— 

Plusieurs dizaines de militants anti-OGM ont occupé mardi pendant huit heures la Direction régionale de l'agriculture à Toulouse pour exiger l'interdiction immédiate du MON810, le maïs transgénique du géant américain Monsanto, a constaté un journaliste de l'AFP.
Plusieurs dizaines de militants anti-OGM ont occupé mardi pendant huit heures la Direction régionale de l'agriculture à Toulouse pour exiger l'interdiction immédiate du MON810, le maïs transgénique du géant américain Monsanto, a constaté un journaliste de l'AFP. — Rémy Gabalda afp.com

Des Faucheurs volontaires, apiculteurs et militants anti-OGM occupaient, ce mardi à Toulouse, le siège de la Direction régionale de l'agriculture pour exiger l'interdiction immédiate du MON810, le maïs OGM du géant américain Monsanto.

«Nous demandons un arrêté conservatoire pour interdire le commerce, la cession, le transport et la culture du MON810 et nous resterons ici jusqu'à ce qu'on ait une réponse positive», a déclaré l'un des protestataires, Jacques Dandelot.

Vers 10h, une centaine de manifestants - une soixantaine selon la police -, se sont introduits dans les locaux de la cité administrative, dans le centre de Toulouse. Ils ont été reçus par le directeur adjoint de la Direction régionale de l'alimentation, l'agriculture et la forêt (DRAAF), qui a transmis leur requête au ministère de l'Agriculture.

Suspendre l'autorisation

Le gouvernement a promis d'interdire le MON810 avant la période des semailles, début mars, mais les militants anti-OGM redoutent que des agriculteurs sèment le maïs incriminé avant l'entrée en vigueur de l'arrêté d'interdiction. Lundi, le gouvernement avait demandé à la Commision européenne de suspendre l'autorisation de mise en culture du maïs OGM MON810 en s'appuyant sur de nouvelles études scientifiques.

Attendre une réponse de l'institution européenne, dans un délai de trois semaines à un mois, permettrait aux agriculteurs intéressés de semer légalement du MON810 à la faveur du redoux, alerte Jacques Dandelot.

Un premier moratoire sur les cultures OGM, lancé par la France en février 2008, a été invalidé par la Cour européenne de justice de Luxembourg, puis par le Conseil d'Etat, en novembre dernier. Diverses actions ont été menées au cours des dernières semaines par les opposants aux cultures OGM, notamment le 23 janvier à Trèbes, dans l'Aude, dans un centre de stockage de Monsanto.