Un curé jugé pour viol

©2006 20 minutes

— 

Le problème du consentement des victimes adultes a été hier au coeur de la deuxième journée du procès de Pierre Dufour, 71 ans, vicaire épiscopal de Savoie, poursuivi devant les assises de Savoie, à Chambéry, pour « viols et agressions sexuelles ». Alors que la première journée avait été consacrée aux attouchements du curé sur des enfants, au début de son sacerdoce dans les années 1960, faits frappés de prescription, la cour s'est penchée hier sur les amours homosexuelles adultes du curé à partir de 1993, dont cinq victimes se sont portées partie civile. « Se faire faire une fellation par un curé, c'est troublant. Je suis athée, j'ai 26 ans, je suis toxico, je suis pédé, mais je suis choqué de voir que c'est un homme d'église qui fait ça. Je venais demander de l'aide, et lui tout ce qu'il pensait, c'est assouvir ses fantasmes », a ainsi raconté une des victimes.