La dernière fabrique française de bérets basques en redressement judiciaire

© 2012 AFP

— 

Le tribunal de commerce de Pau a ordonné mardi le placement en redressement judiciaire de trois sociétés sur les cinq qui composent Béatex, la dernière fabrique française de bérets basques qui emploie 45 personnes à Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques).
Le tribunal de commerce de Pau a ordonné mardi le placement en redressement judiciaire de trois sociétés sur les cinq qui composent Béatex, la dernière fabrique française de bérets basques qui emploie 45 personnes à Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques). — Franck Fife afp.com

Le tribunal de commerce de Pau a ordonné ce mardi le placement en redressement judiciaire de trois sociétés sur les cinq qui composent Béatex, la dernière fabrique française de bérets basques qui emploie 45 personnes à Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques).

Pierre Lemoine, le gérant de l'entreprise, avait déclaré la semaine dernière devant le tribunal de commerce de Pau la cessation de paiement de Béatex Pro, AVSO et Laulhère France.

Ces trois sociétés ont été placées mardi en redressement judiciaire pour une période de 12 mois par le tribunal de commerce qui a nommé un mandataire et un administrateur judiciaire et ordonné un inventaire.

Parallèlement, la Cour d'appel de Pau a examiné mardi après-midi la requête en suspicion légitime introduite le 10 janvier par Pierre Lemoine et ses avocats à l'encontre du tribunal de commerce de Pau.

Le gérant de l'entreprise, visé depuis la semaine dernière par deux enquêtes préliminaires pour abus de confiance et pour abus de biens sociaux, met en doute l'impartialité du tribunal qui s'était auto-saisi fin novembre du redressement judiciaire des cinq sociétés formant Béatex.

La Cour d'appel rendra son arrêt le 30 janvier.