L'homophobie ne fait pas l'école buissonnière

— 

Une mère de famille accompagne des enfants qui vont à l'école.
Une mère de famille accompagne des enfants qui vont à l'école. — Mychèle Daniau AFP/Archives

L’homophobie règne toujours sur les bancs de l’école. D’après le rapport 2006 de SOS Homophobie,
publié aujourd’hui pour la journée de lutte contre l’homophobie, le nombre de témoignages recueillis par l’association provenant de jeunes victimes est en hausse sensible. En 2005, quarante-trois élèves et étudiants homosexuels ont dit avoir subi des insultes, intimidations, vexations, voire des agressions de la part de leurs camarades, contre vingt-sept l’année précédente. Sans compter ceux qui gardent le silence. Hier, Bruno Julliard (Unef) a même évoqué les rituels de bizutage qui continuent de dévier vers des sketchs homophobes. Or « la prévention en milieu scolaire est au point mort », estime le rapport.
Plusieurs associations se sont néanmoins félicitées hier que les tribunaux n’hésitent plus à envoyer en prison les « casseurs de pédés ».