Sarkozy-Villepin

©2006 20 minutes

— 

Lequel des deux est la victime ? La rivalité entre le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur est devenue la toile de fond principale de cette affaire, le second accusant le premier d'avoir voulu instrumentaliser le dossier pour lui barrer la route de la présidentielle. S'il est établi que le nom de Sarkozy a été abusivement associé à Clearstream, il demeure des zones d'ombre sur l'utilisation politique de l'affaire. Depuis quand le président de l'UMP, qui se pose en martyr, était-il au courant de l'enquête de Rondot ? Dans Le Point de cette semaine, un journaliste assure avoir transmis dès septembre 2004 un message oral du général Rondot à Sarkozy sur l'enquête Clearstream, ce que le ministre de l'Intérieur dément. Concernant Villepin qui s'empêtre dans sa défense, des interrogations demeurent. Pourquoi a-t-il demandé une enquête de la DST en juillet 2004 alors qu'il savait déjà, via Rondot, que les listes étaient bidons ? Et pourquoi aurait-il dit au journaliste Franz-Olivier Giesbert, en juillet 2004 : « Sarkozy, c'est fini. Si les journaux font leur travail, il ne survivra pas à cette affaire-là ? »

D. C.