Nouvel An: 60.000 forces de l'ordre et secouristes mobilisés en France

FRANCE Le Ministre de l'Intérieur Claude Guéant espère prévenir les incidents liés au réveillon du Nouvel An...

© 2011 AFP

— 

Soixante mille policiers, gendarmes, pompiers et secouristes seront mobilisés en France la nuit de la Saint-Sylvestre pour "veiller à la sécurité des Français", a annoncé samedi sur RTL le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant.
Soixante mille policiers, gendarmes, pompiers et secouristes seront mobilisés en France la nuit de la Saint-Sylvestre pour "veiller à la sécurité des Français", a annoncé samedi sur RTL le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant. — Olivier Laban-Mattei afp.com

La France se prépare samedi à un Nouvel An sous haute surveillance, avec 60.000 agents des forces de l'ordre et secouristes à pied d'oeuvre pour des fêtes durant lesquelles les ventes d'alcool et d'essence au détail sont limitées et les feux d'artifice interdits à Paris.

«Nous sommes complètement mobilisés, il y a 60.000 policiers, gendarmes, sapeurs-pompiers et secouristes qui ce soir veilleront à la sécurité des Français et tâcheront de faire en sorte que la fête se passe bien», a annoncé samedi sur RTL le ministre de l'Intérieur Claude Guéant.

En visite à la préfecture de police de Paris (PP), le ministre a insisté sur «l'esprit» de ce dispositif sécuritaire: «faire en sorte que la fête puisse se dérouler sans (...) (être) gâchée par des trublions» et autres «fauteurs de troubles».

Une augmentation par rapport à 2010

A Paris et dans la petite couronne (Hauts-de-Seine, Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis), ce sont 10.000 policiers et gendarmes qui seront sur le pied de guerre, selon la PP. Pour le Réveillon l'an dernier, 53.820 policiers et gendarmes avaient été mobilisés en France, dont 8.060 sur Paris, auxquels s'étaient ajoutés 2.200 pompiers.

Traditionnellement, rappelle la PP, le passage à la nouvelle année est célébré par des «foules importantes pouvant atteindre plusieurs centaines de milliers de personnes» sur les Champs-Elysées, le Trocadéro et le Champ-de-Mars près de la Tour Eiffel. «Ces moments comportent des risques de débordements», prévient la préfecture de police, qui s'appuiera sur la vidéo-surveillance et a même mobilisé des hélicoptères.

S'adressant à l'ensemble des policiers et gendarmes de France, M. Guéant leur a demandé de veiller à ce que «le caractère festif soit respecté».  «A l'égard des personnes qui veulent simplement faire la fête (soyez) prévenants, attentionnés et en situation de conseil, mais (soyez) fermes à l'encontre des fauteurs de troubles qui doivent être interpellés et déférés devant la justice», a-t-il dit.

Vente d'essence, d'alcool et de pétards limitée

Dans une circulaire, Claude Guéant a recommandé de restreindre la vente d'essence au détail, notamment pour limiter le nombre d'incendies volontaires de voitures et, tout comme l'avait décidé l'an dernier son prédécesseur, Brice Hortefeux, aucun bilan sur les voitures brûlées ne sera publié. «Nous ne sommes pas dans une course à la statistique et je ne crois pas qu'il soit utile d'encourager ces méfaits», a fait valoir le ministre. Un peu plus d'un millier de véhicules sont incendiés à travers la France, durant la nuit de la Saint-Sylvestre.

Parmi les autres consignes, la vente à emporter de toute boisson alcoolisée ou conditionnée dans un contenant en verre est interdite, notamment dans le périmètre Trocadéro, Champs-Elysées et Champ-de-Mars de la capitale, l'une des premières destinations touristiques pour le Réveillon. Paris sera privé de spectacle pyrotechnique afin d'éviter un afflux de badauds vers le Champ-de-Mars et la Tour Eiffel. Selon les régions, la vente de feux d'artifice et de pétards, sources d'incendies, de blessures et de dégradations matérielles, peut être interdite.

Sécurité routière renforcée

Le ministère de l'Intérieur a également insisté sur la sécurité routière, l'un des chevaux de bataille du gouvernement. «Les contrôles (routiers) seront très fortement renforcés au cours de cette nuit» de fête et une campagne dans les médias incite à éviter de prendre sa voiture quand le champagne a trop coulé à flot. Le délégué interministériel à la Sécurité routière, Jean-Luc Névache, s'est félicité que l'obligation depuis le 1er décembre pour les discothèques de mettre à disposition des éthylotests était «assez bien respectée».