Sarko à Matignon, «intox» ou vraie option?

©2006 20 minutes

— 

Nicolas Sarkozy doit être entendu cette semaine à sa demande par les juges en charge de l'enquête sur le corbeau de Clearstream. Lorsqu'il s'est constitué partie civile, le ministre de l'Intérieur avait demandé à faire entendre son point de vue et à avoir accès au dossier. D'autres auditions de partie civile vont suivre, dont celle de Dominique Strauss-Khan ou de Laurent Fabius, eux aussi accusés à tort d'avoir des comptes occultes à l'étranger. Sur le fond, les rendez-vous les plus attendus sont ceux avec les protagonistes directs du dossier : le général Rondot chargé de l'enquête interne sur l'affaire pour le gouvernement, Jean-Louis Gergorin et Imad Lahoud, soupçonnés d'être le corbeau. Or les dates de ces auditions ne sont pas encore connues.

Le versant politique de l'affaire a, pour sa part, connu de nouveaux rebondissements ce week-end. Des rumeurs font état d'un éventuel remplacement de Villepin à Matignon, Nicolas Sarkozy ayant rencontré Jacques Chirac vendredi puis le Premier ministre samedi. Son nom a été évoqué avec celui d'Alain Juppé. L'Elysée dément tout remaniement et renouvelle sa confiance au Premier ministre. Depuis le Canada, Juppé affirme ne pas vouloir « reprendre des responsabilités nationales » pour son futur retour en France. Quant au ministre de l'Intérieur, il a réagi par le biais de ses lieutenants. Le ministre délégué Christian Estrosi parle d'« intox », le député Patrick Devedjian émet une condition : « une forte liberté d'action et de moyens ». Les trois hommes clés d'un éventuel remaniement, Chirac, Sarkozy et Villepin, se sont retrouvés hier lors des cérémonies du 8 Mai 1945 où ils ont pu passer en revue les troupes. Quant à l'armistice...

Arnaud Sagnard

Michel Roussin, proche de Chirac raconte dans son livre Le Gendarme de Chirac comment, en 2000, Villepin l'a mis en contact avec un avocat afin qu'il puisse quitter la France et se préserver de la justice. Encore une nouvelle épine?