MAM n'était « pas au courant » et s'estime « visée »

©2006 20 minutes

— 

« Ce sont de petites histoires minables. » Michèle Alliot-Marie, la ministre de la Défense, a affirmé hier soir sur France 2 avoir été au courant en 2003 que le général Rondot – dont elle est la supérieure hiérarchique – enquêtait sur des listings de comptes de Clearstream, mais qu'elle n'a « jamais entendu parler » de noms politiques. MAM estime avoir été « visée dans cette affaire » à travers son conjoint, le député UMP Patrick Ollier, dont le nom figurait sur les listings. Concernant les rencontres entre Rondot et Dominique de Villepin, elle n'était « pas au courant ». « Je ne m'occupe pas des relations personnelles du général », a-t-elle déclaré, invitant la justice à découvrir « qui a trafiqué les fichiers, qui est le corbeau, et qui a monté cette affaire ». Hier, l'opposition a demandé la démission du gouvernement, estimant comme François Hollande qu'il « n'est plus possible de gouverner ».