Trafic aérien légèrement perturbé par une grève des agents de sûreté

© 2011 AFP

— 

Une grève d'agents de sûreté aéroportuaire, chargés du contrôle avant embarquement, a entraîné vendredi de légères perturbations pour le trafic aérien, qui a davantage été affecté par la tempête
Une grève d'agents de sûreté aéroportuaire, chargés du contrôle avant embarquement, a entraîné vendredi de légères perturbations pour le trafic aérien, qui a davantage été affecté par la tempête — Miguel Medina afp.com

Une grève d'agents de sûreté aéroportuaire, chargés du contrôle avant embarquement, a entraîné vendredi de légères perturbations pour le trafic aérien, qui a davantage été affecté par la tempête.

Les aéroports de Lyon, Toulouse et, à moindre titre, de Roissy ont été les plus touchés par la grève, tandis que les intempéries ont affecté les vols à Brest, Nantes, Rennes ainsi qu'en région parisienne, provoquant des annulations à Bordeaux et Toulouse.

La grève de 24H00 reconductible lancée par les syndicats des entreprises de sûreté aéroportuaire, qui emploient 10.000 salariés (ICTS France, Securitas, Brink's, Alyzia Sûreté, I Sec, Vigimark, Samsic, Serris, Securus), était suivie à 50%, selon le Sesa (syndicat des entreprises aéroportuaires), la fédération patronale.

Le mouvement a suscité des files d'attente aux postes de contrôle: entre 30 minutes et une heure à Roissy, deux heures à Lyon, contre 15 minutes habituellement, et à Toulouse-Blagnac des retards de 20 minutes en moyenne pour les vols.

"A ma connaissance, il n'y a pas de point dur important (...) mais on est toujours sur un fil dans ces moments, les prises de service ont lieu toutes les heures", indique à l'AFP le président du Sesa, Patrick Thouverez.

A l'aéroport de Lyon où la grève est suivie par 72% des quelque 400 agents de sécurité, selon la direction, les quatre vols EasyJet prévus dans la matinée ont été annulés de même que sept autre vols.

Selon Denis Lefranc, de l'Unsa Brinks, deux des trois terminaux sont fermés. Sur le terminal ouvert, seuls deux postes de filtration sont opérationnels.

A Roissy, où les vols ont été affichés à l'heure, de longues files d'attente s'étaient formées en début de matinée, heure de pointe, notamment au terminal 2F, avant de se résorber en milieu de matinée. Aéroports de Paris (ADP) a décompté environ 40% d'agents grévistes dans ce terminal.

Une cinquantaine d'agents de sûreté ont manifesté, encadrés par des CRS, dans ce terminal qui dessert notamment la province, l'Afrique et le Moyen-Orient, avant un rassemblement dans le hall de la gare TGV de Roissy-Charles-de-Gaulle. Plus de 200 grévistes y ont pris part et des bousculades ont eu lieu avec des forces de l'ordre, selon une journaliste de l'AFP sur place.

Les aéroports de Lille, Marseille, Montpellier et Nice de même que ceux de Chambéry et Grenoble n'étaient pas affectés à la mi-journée par le mouvement.

"On est pas là pour embêter les voyageurs mais pour que les patrons respectent nos revendications", a déclaré à l'AFP Danièle Hanrion, déléguée CGT de l'entreprise de sécurité ICTS France, à Roissy.

La syndicaliste a accusé les responsables des entreprises de sûreté de tenter de contrer la grève. "Ils ont fermé des postes et ils mettent des agents qui ne sont pas des agents de sûreté", a-t-elle indiqué. Une accusation catégoriquement démentie par ADP.

"C'est entièrement faux", a martelé Patrick Thouverez, président du Sesa.

"Nos cadres agents de sûreté sont tous là, ils sont tous formés. On est très contrôlés tous les jours, par la DGAC (Délégation générale de l'aviation civile), la gendarmerie, et on respecte strictement les procédures de sûreté y compris dans les grèves", assure-t-il.

Les agents se déclarent en grève au moment de leur prise de fonction, qui intervient toutes les heures, ce qui complique les prévisions, a précisé ADP. En prévision de la grève, des agents à Roissy ont conseillé aux voyageurs de se présenter le plus tôt possible au contrôle.

Plus de 200 agents d'accueil supplémentaires d'Aéroports de Paris ont été déployés dans les aérogares afin de renseigner les passagers.