Des déclarations contradictoires

— 

D’un côté les déclarations du Premier ministre, de l’autre des documents cités par Le Monde. Le quotidien cite une note manuscrite du général Rondot. Il s’agit d’un compte-rendu personnel datant d’une réunion du 9 janvier 2004 qui s’est tenu dans le bureau deVillepin, alors ministre des Affaires étrangères, en présence de Rondot et Jean-Louis Gergorin, vice-président d’EADS.
Le nom de Sarkozy y apparaît à plusieurs reprises,
ce qui laisse penser que son nom a été prononcé à cette occasion : « DDV (Dominique de Villepin, ndlr) revient sur le voyage de Nicolas Sarkozy en Chine – intérêt financier? »; « Fixation Nicolas Sarkozy, référence conflit-Chirac- Sarkozy », « compte couplé N. Sarkozy, Stéphane Bocza – à préciser ».
De son côté, le Premier ministre assurait mardi qu’« à aucun moment, le nom de M. Sarkozy n’a été évoqué », une déclaration doublement contredite puisque Le Monde cite aussi le procès- verbal d’audition du général Rondot devant les juges le 28 mars 2006. Celui-ci a déclaré sous serment : « Parmi les personnes citées comme titulaires de comptes Clearstream, le nom de M. Sarkozy a été évoqué lors de cette réunion (le 9 janvier 2004, ndlr),mais il n’y a pas eu de fixation particulière à ce sujet. Je vous précise à ce propos que dès que j’avais examiné la listede comptes que m’avait remise M.Gergorin à la mi-novembre 2003, j’avais fait un rapprochement entre la personne de M. Sarkozy et les deux patronymes Bocsa et Nagy figurant sur ces listings, en faisant des vérifications sur leWho’s who »