Clearstream : Villepin dans la tourmente d'une affaire d'Etat

©2006 20 minutes

— 

Mardi, le Premier ministre a passé sa journée à se défendre, c'était sans doute un galop d'essai avant sa conférence mensuelle d'aujourd'hui. Hier, il a de nouveau été mis en cause par des documents publiés dans le journal Le Monde. Le général Rondot, chargé en 2003 de mener une enquête interne sur d'éventuels comptes occultes détenus par des personnalités, y décrit une conversation avec Villepin, alors ministre des Affaires étrangères, au cours de laquelle sont évoqués cette enquête et Nicolas Sarkozy. Ce que Villepin a toujours nié (lire ci-dessous).

Désormais, ce n'est plus tant d'avoir fait enquêter sur Sarkozy ou de ne pas lui avoir communiqué les résultats négatifs de l'investigation, qui sont reprochés au Premier ministre que ses dernières dénégations. Avec en toile de fond, une lutte à mort entre Villepin et Sarkozy. Le PS a contre-attaqué à l'Assemblée. François Hollande, premier secrétaire, a demandé au chef du gouvernement de « prendre ses responsabilités », Arnaud Montebourg a exigé qu'il remette sa « démission » et le porte-parole du PS s'est demandé si la France peut « avoir à sa tête un Premier ministre qui ment ».

Celui-ci a rétorqué devant les députés que « ce n'est pas la rumeur qui fait la vérité, c'est la justice ». Il s'en est pris au chef du Parti socialiste en évoquant un feuilleton de presse : « Je suis triste, M. Hollande, de répondre à un responsable politique qui s'érige aujourd'hui en procureur. »

Plus inquiétant pour Matignon, le général Rondot reconnaît avoir « écrit un mensonge » en affirmant, dans une note adressée en juin 2005 au ministère de la Défense, n'avoir jamais enquêté sur des politiques dans l'affaire Clearstream. La crise pourrait encore empirer puisque dans le procès-verbal d'audition de Rondot cité par Le Monde, le nom de Chirac apparaît : « La consigne du président de la République était également d'agir avec précaution, discernement et discrétion ». L'entourage du chef de l'Etat a démenti. Aux juges de démêler le vrai du faux.

Arnaud Sagnard