Ours : surveillance renforcée

©2006 20 minutes

— 

Les opposants à la réintroduction de l'ours dans les Pyrénées ont annoncé hier qu'ils resteraient très mobilisés sur leurs sites de surveillance jusqu'à l'audience du Conseil d'Etat, samedi, concernant la suspension de nouveaux lâchers.

« L'audience a été avancée au 6 mai, ce qui nous conduit à renforcer le dispositif mis en place jusqu'à samedi pour empêcher que les trois ours restants soient relâchés », a indiqué le secrétaire général de la Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles de Midi-Pyrénées (FRSEA), Bernard Moules.

Depuis samedi, éleveurs et habitants se relaient à Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées) et à Burgalays (Haute-Garonne), où deux ourses ont été discrètement relâchées depuis le 25 avril, ainsi qu'à Arbas et Bagnères-de-Luchon (Haute-Garonne). « La surveillance est permanente, jour et nuit, et nous allons être renforcés à partir de ce soir par les chasseurs et les pêcheurs », a précisé Bernard Moules.

Des manifestations sont prévues samedi à Bagnères-de-Luchon ainsi que le 13 mai à Bagnères-de-Bigorre pour protester contre ce plan de repeuplement des Pyrénées.