Emotion au procès du crash

©2006 20 minutes

— 

Le procès « titanesque » du crash du mont Sainte-Odile s'est ouvert hier devant le tribunal de Colmar (Haut-Rhin). Quatorze ans après l'accident, duquel neuf personnes ont réchappé, les familles de quatre-vingt-sept victimes regroupées au sein de l'association Echo ont enfin entendu la justice égrener, dans un silence de cathédrale, les noms de leurs proches. « Ce sont tous les fauteuils, tous les passagers qui défilaient devant mes yeux », a déclaré d'une voix étranglée Alvaro Rendon, le président d'Echo. Les six prévenus, costume-cravate et cheveux blancs, ont fait une brève apparition à la barre. Ils seront entendus plus longuement jeudi. « Une vérité connue de tous les professionnels depuis quatorze ans va enfin être dite publiquement », a répété devant les caméras Bernard Ziegler, l'ancien directeur des essais en vol et du service après-vente et directeur technique d'Airbus Industrie. Sont visés les deux pilotes de l'A320 décédés dans la catastrophe, dont le professionnalisme va être défendu par les nombreux syndicats de pilote qui se sont portés partie civile. L'audition des parties civiles a débuté hier soir.

Jeanne Mahé