Valérie Pécresse, la porte-parole du gouvernement, a affirmé mercredi que le gouvernement envisageait "tous les scénarios possibles pour que l'évolution du prix du gaz soit la plus faible possible", après l'invalidation, lundi, du gel des tarifs par le Conseil d'Etat.
Valérie Pécresse, la porte-parole du gouvernement, a affirmé mercredi que le gouvernement envisageait "tous les scénarios possibles pour que l'évolution du prix du gaz soit la plus faible possible", après l'invalidation, lundi, du gel des tarifs par le Conseil d'Etat. — Jacques Demarthon afp.com

France

Prix du gaz: Pécresse parle d'«une évolution la plus faible possible»

Valérie Pécresse, porte-parole du gouvernement, a affirmé mercredi que le gouvernement envisageait «tous les scénarios possibles pour que l'évolution du prix du gaz soit la plus faible possible», après l'invalidation, lundi, du gel des tarifs par le Conseil d'Etat.

«Le gouvernement envisage tous les scénarios possibles pour que l'évolution du prix du gaz soit la plus faible possible», a affirmé Valérie Pécresse, lors de son compte rendu hebdomadaire du Conseil des ministres.

Alors qu'on lui demandait si cette «évolution» signifiait que le prix du gaz allait augmenter, la porte-parole du gouvernement a répliqué: «je n'ai pas dit ça. Des décisions seront prises très prochainement. Nous évaluons aujourd'hui tous les scénarios dans le cadre du régime réglementaire qu'a rappelé le Conseil d'Etat», a-t-elle ajouté.

Le Conseil d'Etat a annoncé lundi avoir suspendu l'application du gel des tarifs du gaz de GDF Suez décidé par le gouvernement au 1er octobre, à la suite d'une saisine en référé par des petits concurrents du géant gazier français.

Emettant un «doute sérieux sur la légalité» de la décision du gouvernement, le Conseil d'Etat lui donne un délai d'un mois pour se prononcer à nouveau sur les tarifs réglementés, dont bénéficient près de 10 millions de ménages.