Les Français de plus en plus inquiets pour leur pouvoir d'achat

© 2011 AFP

— 

Une majorité de Français sont de plus en plus inquiets pour leur pouvoir d'achat, 51% anticipant une baisse dans les trois prochains mois, et ils sont plus nombreux (57%) à ne pas vouloir céder "un peu de pouvoir d'achat" pour réduire les déficits, selon un sondage Viavoice.
Une majorité de Français sont de plus en plus inquiets pour leur pouvoir d'achat, 51% anticipant une baisse dans les trois prochains mois, et ils sont plus nombreux (57%) à ne pas vouloir céder "un peu de pouvoir d'achat" pour réduire les déficits, selon un sondage Viavoice. — Philippe Huguen afp.com

Une majorité de Français sont de plus en plus inquiets pour leur pouvoir d'achat, 51% anticipant une baisse dans les trois prochains mois, et ils sont plus nombreux (57%) à ne pas vouloir céder «un peu de pouvoir d'achat» pour réduire les déficits, selon un sondage Viavoice.

51% des personnes sondées s'attendent à une perte de pouvoir d'achat, soit 3% de plus qu'en septembre, 35% (+3pts) pensent plutôt que leur pouvoir d'achat restera stable, et seulement 12% pensent à l'inverse qu'il va augmenter, soit 2% de moins en un mois, selon ce sondage publié mercredi et réalisé pour Les Echos, France Info et le groupe bancaire BPCE. Plus concrètement, les inquiétudes se polarisent sur des postes de dépenses spécifiques, le premier étant l'alimentation qui reste le poste le plus préoccupant pour 50% des Français.

La santé vient au second rang des préoccupations, 29% des Français (30% des ouvriers et 27% des employés) polarisant leurs inquiétudes sur ce poste, soit 5% de plus qu'en septembre et 13% de plus qu'en juin. Cette progression intervient après l'augmentation des taxes sur les mutuelles et l'annonce de la réduction des indemnités journalières en cas d'arrêt maladie, note Viavoice.

Le logement concentre 24% des inquiétudes, notamment chez les jeunes (34% des 18-24 ans et 40% des 25-34 ans). Par ailleurs, 57% des Français ne sont pas prêts à renoncer à «un peu de pouvoir d'achat» pour réduire la dette et les déficits, alors que 41% pourraient consentir des efforts en ce sens, notamment chez les cadres (59%) et les retraités (54%).

Enfin, une courte majorité (51%) estime qu'«un président de la République et son gouvernement, quels qu'ils soient, ont vraiment les moyens d'améliorer la situation économique». Une forte minorité (46%) pense le contraire. Ce sondage a été réalisé les 20 et 21 octobre par téléphone, selon la méthode des quotas, auprès d'un échantillon de 1.005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.