Un mélange de flexibilité et de sécurité : la recette que veut servir l'UMP en 2007

©2006 20 minutes

— 

L'UMP ne jure plus que par ce concept, la seule piste sérieuse pour décrisper le marché du travail, à en croire le parti de la majorité. Ce remède miracle contre le chômage, c'est la « flexisécurité». La flexibilité alliée à la sécurité. L'assouplissement du droit de licencier associé une assurance-chômage et à des droits à la formation performants. Les pays nordiques l'appliquent avec succès, entend-on à droite mais aussi au PS.

L'épisode du CPE a probablement refroidi les envies réelles de flexibilité de Villepin. Mais pas celle de l'UMP. « Avec cette crise on a compris qu'il était un peu tôt pour ce genre d'initiative, qui ne peut être qu'intégrée à un programme présidentiel, estime le député sarkozyste Dominique Paillé, sur la même longueur d'onde que son patron. En déplacement hier dans le Nord, à Noyelles-Godault, Sarkozy l'a de nouveau martelé :« Une plus grande flexibilité de l'emploi, ce n'est pas un gros mot. » Pour 20 Minutes, son conseiller, François Fillon, détaille la flexi-sécurité à la sauce UMP (lire ci-dessous). Qui s'appliquera si Sarkozy accède à l'Elysée, assurent ses proches. Inflexibles.

S. C.

Ségolène Royal (PS) prône, cette semaine dans Challenge une formule alliant « souplesse et sécurité » pour réduire le chômage. « Chaque année 30 % des salariés danois changent de travail sans drame, note-t-elle. Parce qu'ils ont un filet de sécurité solide. »