Villepin veut garder la main

©2006 20 minutes

— 

AFP TV/Canal Assemblée

C'est ce qu'on appelle garder le cap dans la tempête. Quitte à se prendre un iceberg. Dominique de Villepin devrait proposer de nouvelles mesures pour lutter contre le chômage des jeunes, ce matin, lors de sa conférence de presse mensuelle. La principale annonce portera sur « le renforcement des liens entre l'université et l'emploi. » Car, affirme un conseiller de Matignon, « la priorité du Premier ministre reste de s'attaquer au chômage des jeunes ».

Reste à savoir si cette stratégie redonnera un second souffle au Premier ministre. Au plus bas dans les sondages avec 28 % d'opinions positives, selon une étude BVA-L'Express, il souffre des attaques de l'opposition depuis son dessaisissement du dossier CPE. « Nous avons un Premier ministre virtuel, Dominique de Villepin, et un Premier ministre réel, Nicolas Sarkozy », persifle le porte-parole du PS, Julien Dray. Du coup, pour beaucoup, la conférence de presse apparaît comme l'opportunité, pour le chef du gouvernement, de reprendre le rôle du patron. « Mais franchement, personne ne croit qu'il y arrivera », souffle une députée proche de Nicolas Sarkozy.

Des propos ambigus de Dominique de Villepin ont achevé de semer le trouble, à droite : « Je ne laisserai à personne le soin de tirer les conclusions qui s'imposent » des discussions sur le CPE, a-t-il lancé à l'Assemblée, ce qui a été interprété comme un chantage à la démission. « Complètement faux ! » dénie son entourage. Thierry Mariani, député proche de Nicolas Sarkozy n'en a pas moins lâché ce commentaire cruel : « S'il veut partir, il peut. »

Stéphane Colineau