Claire Chazal, une proche d'Anne Sinclair pour interviewer DSK

© 2011 AFP

— 

Claire Chazal, qui vient de fêter ses 20 ans aux commandes du journal dominical de TF1, devra faire preuve de subtilité pour alterner les questions sexuelles, politiques et économiques avec DSK, et de pugnacité pour faire oublier sa proximité avec Anne Sinclair.

Dominique Strauss Kahn, qui gère au plus près son image médiatique malmenée, a choisi la journaliste de 54 ans pour sortir du silence quasi-total qu'il observe depuis quatre mois, quand le scandale sexuel qui a fait le tour de la planète a brisé net ses espoirs politiques.

Claire Chazal, dont les interviews s'apparentent plus souvent à des confessions intimistes qu'à des interrogatoires, n'a sûrement pas été choisie au hasard par DSK et ses conseillers de communication.

Certes, son journal est l'un des plus regardés, avec cette année une moyenne de 6,66 millions de téléspectateurs et 30,4% de part d'audience, mais c'est aussi une proche d'Anne Sinclair, la femme de DSK, qu'elle a croisée lorsqu'elles travaillaient toutes les deux à TF1.

En juillet, dans une interview à TV Magazine, supplément du Figaro, elle disait être "avec elle par la pensée". "On s'envoie des petits messages de sympathie et de tendresse de temps en temps", ajoutait-elle, jugeant "assez admirable" son attitude d'épouse.

Interrogée sur sa couverture de l'affaire DSK, elle reconnaissait : "c'est toujours plus difficile quand on connaît les gens depuis longtemps, forcément, on imagine... On se pose des questions... On compatit avec leur entourage... Néanmoins, cela ne m'empêche pas, avec la rédaction et mon équipe, de faire mon métier avec rigueur et d'être attentive à la victime présumée".

Claire Chazal, aujourd'hui, garde le silence avant son interview pendant lequel elle devra poser les questions que tous les Français se posent, en évitant de tomber dans le graveleux, un exercice difficile où le choix par DSK d'une journaliste femme n'est pas innocent.

HEC et pages people

Car il lui faudra aborder bien sûr l'affaire Nafissatou Diallo, cette femme de chambre new yorkaise, mais il lui faudra aussi parler de Tristane Banon, la jeune écrivain française sur laquelle DSK a reconnu avoir fait des "avances" lors de son audition devant le juge le 12 septembre, selon une source proche de l'enquête.

La journaliste, à qui certains reprochent son côté lisse, a confessé nombre de personnalités en dehors du JT : elle a longtemps présenté le "Je/nous de Claire" sur Pink TV et anime sur Radio Classique "l'invité culture de Claire Chazal", son nom sonnant désormais comme une marque.

Diplômée d'HEC, auteur en 1993 d'une biographie d'Edouard Balladur, elle ne manque pas non plus d'expérience pour évoquer la crise de l'euro avec l'ancien directeur du FMI.

Avant de rejoindre TF1, elle a été journaliste au service des Informations Générales d'Europe 1, au service Economique du "Quotidien de Paris", aux "Echos" et à Antenne 2.

Quant aux flashes des paparazzis, qui ont traqué DSK depuis que le scandale a éclaté, elle connaît aussi.

Depuis 20 ans, elle n'a guère quitté les pages people, que ce soit pour sa liaison avec Patrick Poivre d'Arvor, dont elle a eu un fils, son mariage avec un dirigeant de TF1 en 2000, suivi d'un divorce en 2003, ou encore sa relation avec l'acteur Philippe Torreton.

Depuis quelques années, ses amours avec le mannequin Arnaud Lemaire, de 19 ans son cadet, sont scrutées par les chroniqueurs.