Outreau, l'autre procès de pédophilie

©2006 20 minutes

— 

Un air de déjà-vu à Saint-Omer. Dès aujourd'hui, et jusqu'au 14 avril, la cour d'assises du Pas-de-Calais juge une nouvelle affaire de pédophilie présumée à Outreau, dans laquelle trois frères et leurs concubines (trois soeurs) sont accusés de viols et d'atteintes sexuelles sur leurs dix enfants, entre 1994 et 2001. La mère des trois soeurs est accusée d'avoir filmé les sévices. Les enfants sont aujourd'hui âgés de 5 à 19 ans et ont été placés en famille d'accueil.

Arrêtés à la fin 2001, les accusés âgés de 33 à 61 ans ont fait presque trois ans de détention provisoire avant d'être remis en liberté à l'automne 2004. Leur procès aurait dû avoir lieu à cette date, mais il avait été reporté après le premier procès d'Outreau à Saint-Omer.

« Contrairement à la première affaire d'Outreau, c'est un dossier d'inceste intrafamilial », explique Marc Pantaloni, l'un des avocats des enfants, qui réfute tout amalgame avec la précédente affaire dans laquelle treize personnes ont été acquittées. « Les seuls points communs avec la première affaire d'Outreau sont l'inceste, la ville et le milieu défavorisé dans lequel évoluent les familles, insiste l'avocat. Les enfants ont vécu des choses très dures. L'un d'eux était attaché par sa mère à une poignée de porte tout en étant violenté. » Ces arguments ne convainquent pas la défense, malgré les conclusions des experts qui estiment que les enfants sont crédibles.

« Ce dossier repose essentiellement sur la parole des enfants et on a des accusations fantaisistes, estime pour sa part Julien Delarue, avocat de l'un des accusés. Des examens médicaux attestent que l'une des enfants qui affirme avoir été violée est toujours vierge. La seule décision qui s'impose c'est l'acquittement. » La cour et les jurés auront deux semaines pour se forger une intime conviction. Les accusés, qui comparaîtront libres devant la cour d'assises, encourent vingt ans de réclusion. Fanny Bertrand

juge Si les enquêteurs, experts et services sociaux qui sont intervenus dans ce dossier sont les mêmes que dans la 1re affaire d'Outreau, ce dossier a été instruit par une juge d'expérience.