La colère grandit, l'entêtement de Villepin aussi

©2006 20 minutes

— 

Ils étaient plus de 2 millions en 1995 contre Juppé. Deux millions aussi contre Raffarin en 2003, selon les syndicats. La lame de fond contre le CPE qui a déferlé hier, dans plus de 250 villes en France était au moins aussi importante, voire plus. Villepin a pourtant répété : pas question de retirer le CPE. Ce n'est pas faute de lui avoir demandé puisqu'hier, entre 1 et 3 millions de manifestants, selon la police ou les syndicats, ont défilé. Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, parle d'une mobilisation « historique », le double de celle du 18 mars. Elle a entraîné des perturbations dans les transports et à l'école. Quant aux violences, elles ont été semble-t-il mieux contenues (lire ci-dessous).

Sur le front du conflit social, personne n'a cédé. Bien que les syndicats aient refusé son invitation aujourd'hui, le Premier ministre a réitéré sa proposition de rencontre, tout en campant sur sa position de fermeté. Son entourage souligne qu'une majorité de Français sont pour des aménagements du CPE, pas pour son retrait. « Et c'est ce que nous proposons, explique-t-on à Matignon. En plus, nous avons d'autres propositions pour aider les jeunes : allongement de la durée des bourses, la formation en alternance à l'université... Mais il faut être plusieurs pour discuter. On peut se demander quelles sont les motivations des syndicats et de la gauche. De plus, il faut relativiser les chiffres : les manifestations ne font que le plein de gens de gauche. » Manière de dire que le gouvernement agit au nom d'une majorité silencieuse. Sauf que la solidarité se fissure à droite. Chez des proches de Sarkozy, on estime que « le gouvernement est obligé de bouger ». Le ministre de l'Intérieur a même proposé une suspension du texte le temps de négocier. L'intersyndicale se réunit aujourd'hui pour décider des suites à donner. Elle a réclamé hier soir l'intervention de Jacques Chirac. Le mot grève générale n'a pas été prononcé jusqu'ici. Mais l'idée fait son chemin.

David Carzon