Recenser les papillons pour protéger la biodiversité

— 

 « Si on enlève les papillons, l’homme disparaîtra de la surface de la planète au bout de cinq ans », disait Albert Einstein.C’est aussi le postulat de l’opération Papillons et jardins, que vient de lancer l’association
Néoconservation. Son principe est simple : vu le faible nombre de biologistes professionnels, chaque jardinier amateur est appelé à recenser et à protéger les papillons qui virevoltent au-dessus de ses platesbandes, afin de sauvegarder la biodiversité.
Et pour aider les néophytes à distinguer un azuré des
nerpruns d’un aurore ou d’un demideuil, parmi les 5 300 espèces existante, l’association a édité une brochure, téléchargeable sur son site*. « Si les papillons disparaissent, plusieurs plantes, comme la gentiane, mourront à leur tour. Car en butinant les fleurs, les papillons permettent leur reproduction », explique le responsable de l’opération. La moitié des espèces de papillons vivant dans les prairies a disparu en l’espace de quatorze ans. L’avenir des survivants se trouve donc désormais entre les mains des scientifiques en herbe. L. d. C.

*www.neoconservation.org