Les violences à la marge sont au coeur des débats

©2006 20 minutes

— 

La 4e journée de mobilisation syndicale contre le CPE s'annonce aujourd'hui comme la plus importante depuis le début du mouvement. Les syndicats font état d'un nombre d'appels à la grève supérieur à celui du conflit des retraites en 2003. Les craintes de violences, comme jeudi dernier à Paris, n'en sont que plus grandes. Policiers et syndicats se demandent comment contenir les casseurs.

  • Cortèges L'Unef recommande aux étudiants de se rassembler devant leur université et de partir ensemble à la manifestation. Des chaînes humaines entourant les manifestants sont prévues. C'est « sans doute insuffisant face aux dépouilleurs », estime un policier.
  • Disposition Des CRS et gendarmes mobiles encadreront la tête et l'arrière de la manif parisienne et se déplaceront le long du cortège. Des forces de l'ordre seront placées dans « les rues latérales ».
  • Cibles Jeudi à Paris, des bandes dépouillaient les personnes isolées. Des magasins et des voitures détruites, des photographes ont été frappés. Place Beauvau, on estime à 2 000, le nombre de « jeunes particulièrement violents » présents jeudi à Paris. Certains pratiquent des actions de guérilla urbaine.
  • Contrôles Des contrôles auront lieu aujourd'hui afin de bloquer hors de Paris les fauteurs de troubles potentiels. Un policier avoue qu'on ne « peut arrêter que ceux qui transportent des objets interdits, armes ou shit ». Un dispositif entre préfectures, SNCF, RATP doit permettre « un échange instantané sur les mouvements de groupes à risque ».
  • Interpellations Des « groupes opérationnels d'interpellations » avec des policiers en civil ont été mis en place. Problème, les syndicats sont opposés aux interpellations dans les cortèges. Un syndicaliste policier les juge « dangereuses », « de plus, les dépouilleurs bougent vite, se fondent dans la foule ». « On ne pourra agir qu'au cas par cas », estime la DGPN.
  • Infiltration L'infiltration des bandes depuis leur départ a été évoquée : « du fantasme », affirme un policier.
  • Condamnations Elles ont été lourdes après les échauffourées jeudi, des peines de prison ferme ont été prononcées contre des casseurs.

Arnaud Sagnard