Entre l'Inde et la France, de gros dossiers en jeu

©2006 20 minutes

— 

Avec l'affaire du Clemenceau, la visite en Inde de Jacques Chirac, dimanche, risquait de prendre un tournant délicat, la France devant également désamorcer la polémique née de l'OPA hostile de Mittal Steel sur Arcelor.

Cette visite est aussi stratégique du point de vue militaire.

En 1998, lors de son dernier passage, Chirac avait engagé un « partenariat stratégique » avec l'Inde.

Outre une coopération renforcée entre les contingents des deux pays, la vente de six sous-marins de guerre franco-espagnols Scorpène est coeur du partenariat.

En négociation depuis longtemps, avec de multiples changements de prix, la commande est désormais officielle.

Mais les sous-marins seront construits non plus en France mais à Mumbai, en Inde.

.
Le président de la République sera accompagné lors de sa visite en Inde et en Thaïlande de cinq ministres et d'une trentaine de grands patrons (Lafarge, Alstom, EADS, Areva, Suez, Veolia, Thales, Total, Schneider, etc.). Signe de l'intérêt des entreprises françaises pour cette région qui tire la croissance mondiale.