Attentats du RER C: Une lettre confirmerait des tortures en 1995

©2006 20 minutes

— 

Deux pages recto verso écrites serré.

Condamné à sept ans de prison pour sa participation à un réseau lié aux attentats de 1995 en France et libéré depuis, Slimane Rahmouni aurait à l'époque relaté dans une lettre à son avocat, Jean-Jacques de Félice, les coups et les pressions policières subis en garde à vue.

Ce dernier a présenté hier des passages de ce document qui confirment les accusations de torture portées anonymement contre la police antiterroriste par cinq ex-officiers, dans un livre récent*.

Dans la lettre, que 20 Minutes a pu lire, Rahmouni, interrogé au SRPJ de Lyon, écrit à propos d'un policier : « Il se lève, me gifle, m'entraîne dans les couloirs, un sac plastique sur la tête.» « On va faire comme au bled, on va violer ta femme », aurait lancé un enquêteur.

Ou encore : « Si tu parles, on est couvert par la raison d'Etat.

(...) On va fabriquer de belles preuves contre toi.

» A l'époque, Rahmouni n'a pas livré cette lettre à la juge d'instruction Laurence Le Vert, « par peur de représailles », mais, à son procès en 1998, il a parlé de « violences ».

« Ce document, que nous ne connaissions pas, est capital. Il appuie totalement les témoignages que nous publions », ont estimé hier Jean-Michel Décugis et Christophe Labbé, deux des auteurs du livre.

Bastien Bonnefous

* Place Beauvau (Robert Laffont)

Un officier qui aurait interrogé Rahmouni, avoue dans Place Beauvau, avoir utilisé contre lui une arme qui envoie des décharges de 180 000 volts.