Scooter virtuel pour dangers réels

©2006 20 minutes

— 

L'engin est bien réel, et les sensations qu'il procure aussi. Le scooter virtuel, qui sera une des attractions des Huitièmes rencontres internationales de la réalité virtuelle à Laval fin avril, a été dévoilé hier à l'Ecole nationale des arts et métiers à Paris. Fruit de la collaboration entre un laboratoire, les étudiants et une entreprise lavalloise, cet engin est encore à l'état de prototype mais son industrialisation peut être envisagée d'ici à un an. Il s'agit d'un vrai scooter relié à un casque virtuel qui place l'utilisateur dans un environnement réaliste. Pour freiner, accélérer, tourner, l'engin réagit comme dans la réalité. Les sensations d'immersion sont renforcées par le son. « Mais ce n'est pas un jeu vidéo, prévient Simon Richir, professeur à l'Ecole nationale supérieure des arts et métiers. Le simulateur n'est pas non plus prévu pour apprendre à conduire, mais pour sensibiliser aux dangers de la route de deux types : ceux qu'il provoque et ceux que nous pouvons déclencher pour voir ses réactions. Le pilote n'a qu'une seule vie et s'il meurt, nous lui projetons des images chocs pour provoquer une prise de conscience. » Images tellement chocs qu'au cours de la démonstration, le cobaye, âgée de 21 ans, devient blême, le coeur au bord des lèvres. « Les images sont paramétrables », précise Simon Richir. Développé en partenariat avec la Sécurité routière, ce scooter destiné aux 14-17 ans pourrait être commercialisé dans les écoles de conduite, conseils généraux ou assurances. Prix de vente estimé : 30 000 e. David Carzon