Des stations de ski pistent le hors-piste

©2006 20 minutes

— 

La montagne reste toujours aussi dangereuse. Hier, les avalanches dans les Alpes ont tué quatre personnes et fait cinq blessés hors des domaines sécurisés. Et depuis le début de la saison, le nombre d'accidents mortels en hors-piste a plus que doublé par rapport à l'an dernier, selon l'Association nationale pour l'étude de la neige et des avalanches. Pourtant, les professionnels de la montagne multiplient depuis le début de l'hiver les initiatives de sécurisation du hors-piste. Première étape, la prévention. Des « avalanch'camps » ont été créés à Méribel et à Courchevel, pour sensibiliser touristes et locaux aux dangers d'avalanche et les initier au maniement de l'Arva, l'appareil de recherche de victimes d'avalanche.

Deuxième outil, l'encadrement. « Puisque les gens se fichent de nos panneaux de signalétique et enjambent les filets, mieux vaut leur proposer des stages ou des cours sécurisants », explique Patrick Munier, directeur des pistes de Courchevel. Ainsi, à l'intérieur du domaine de l'espace Killy, sur des zones où la neige n'est pas tassée, des stages « premières traces en hors-pistes » et des camps freeride sont proposés aux adultes et aux adolescents, avec l'accompagnement d'un guide expérimenté. « La qualité des skis s'améliore. Alors, les skieurs moyens s'aventurent dans des zones autrefois réservées aux excellents skieurs », explique André Pellissier, guide de haute montagne de la Compagnie de la Vanoise, pour qui la sécurisation du hors-piste pose aussi problème : « En repoussant les limites du danger, on pousse les gens dans des secteurs de plus en plus difficiles. »

Laure de Charette

Depuis 1971, dix-neuf artificiers ont perdu la vie lors d'opérations de déclenchement d'avalanches, destinées à protéger les skieurs hors-piste d'éventuelles coulées de neige.