France

«Il n’y a aucune preuve que Pérol ait informé Méry»

Avocat de Georges Pérol, directeur de l’Opac de Paris au moment des faits. Quelles relations entretenait votre client, mis en examen pour trafic d’influence, avec Jean-Claude Méry ? Ils se connaissaient, mais n’étaient pas amis. Surtout, il n’y a aucu

Avocat de Georges Pérol, directeur de l’Opac de Paris au moment des faits. Quelles relations entretenait votre client, mis en examen pour trafic d’influence, avec Jean-Claude Méry ? Ils se connaissaient, mais n’étaient pas amis. Surtout, il n’y a aucune démonstration qu’il a fourni quelque information que ce soit à Jean-Claude Méry au sujet des entreprises et des marchés. Ces accusations n’ont qu’un but : faire tenir – de manière artificielle – la construction selon laquelle les marchés ont été truqués pour financer des partis politiques. Alors que tous les politiques de ce dossier ont bénéficié d’un non-lieu ! Jean-Claude Méry a tout de même récolté 38 millions de francs en trois ans. La majorité de cette somme a été engloutie dans son projet immobilier. On en retrouve une autre partie sur un compte en Suisse. Quid des accusations de Ciolina, nº 2 de l’Opac ? François Ciolina a changé de stratégie à partir du moment où il a changé d’avocat, et il a commencé à accuser plusieurs personnes. Peut-être pour éviter que ses propres responsabilités se révèlent trop importantes ? Recueilli par M.B.