Mort de Laetitia: Tony Meilhon à nouveau placé d'office en psychiatrie

© 2011 AFP

— 

Tony Meilhon, le meurtrier présumé de Laetitia, tuée en janvier près de Pornic, a de nouveau été placé d'office dans l'unité pour malades difficiles d'un hôpital psychiatrique, après sa tentative de suicide de mardi, a-t-on appris vendredi de sources judiciaires.

Tony Meilhon "a fait l'objet le jeudi 31 mars d'un arrêté de la préfecture d'Ille et Vilaine portant transfert en hospitalisation d'office au Centre hospitalier spécialisé de Plouguernevel" dans les Côtes d'Armor, a annoncé vendredi à l'AFP le procureur de la République à Rennes, Thierry Pocquet du Haut-Jussé, en précisant que "l'intéressé a quitté le CHR Pontchaillou de Rennes en fin de journée" jeudi.

L'hospitalisation d'office "devrait prendre fin dès lors que l'état de l'intéressé sera redevenu compatible avec son incarcération", a précisé le procureur.

Un peu plus tôt dans la matinée, le procureur de la République à Nantes, Xavier Ronsin, avait confirmé qu'un arrêté d'hospitalisation d'office avait été pris pour renvoyer Tony Meilhon à l'unité pour malades difficiles (UMD) de Plouguernével.

La décision, prise par arrêté préfectoral, est couverte par le secret médical, a par ailleurs dit le service de presse de l'Agence régionale de santé (ARS) de Bretagne.

Arrêté le 20 janvier, Tony Meilhon, 31 ans, a absorbé mardi des médicaments alors qu'il était détenu à la prison de Vezin-le-Coquet, près de Rennes.

Tony Meilhon avait déjà été hospitalisé après avoir absorbé des produits d'entretien le 13 février. Il avait été placé une première fois à l'UMD de Plouguernével, établissement psychiatrique spécialisé qui dispose d'une unité permettant d'accueillir des patients dangereux nécessitant des soins intensifs.

Tony Meilhon était revenu depuis une quinzaine de jours à la prison de Vezin-le-Coquet. Selon des sources pénitentiaires, il avait demandé à rester en hôpital psychiatrique lors de sa réincarcération.

La CGT pénitentiaire et l'Ufap-Unsa de la prison de Vezin-le-Coquet avaient réclamé mercredi que Tony Meilhon soit pris en charge dans un établissement de santé.

La CGT pénitentiaire avait demandé au directeur interrégional des services pénitentiaires de Rennes d'étudier "la possibilité de son transfert ou placement rapide vers une unité hospitalière (...) mieux adaptée à la prise en charge de ce détenu". "L'administration fait courir de nombreux risques à nos collègues surveillants qui seront pointés du doigt et cloués au pilori si le pire devait arriver", avait estimé le syndicat.

Des sources pénitentiaires avaient déclaré fin mars que Tony Meilhon posait de nombreux problèmes en détention et qu'il faisait l'objet d'une surveillance particulière.

Laetitia, 18 ans, a disparu le soir du 18 janvier près de Pornic (Loire-Atlantique). Tony Meilhon a affirmé l'avoir accidentellement tué. Il a toujours refusé d'indiquer où il avait dissimulé le corps, qui a été retrouvé démembré, sans le tronc, après deux semaines de recherches.

Les critiques de Nicolas Sarkozy le 3 février contre la justice nantaise dans cette affaire ont déclenché une protestation des magistrats et personnels de justice qui a touché la quasi-totalité des tribunaux de France.