Les retraités de la pénitentiaire appelés à reprendre du service

© 2011 AFP

— 

La Chancellerie a lancé un appel aux personnels retraités de l'administration pénitentiaire pour venir seconder leurs collègues dans certains services où le besoin s'en fait sentir, a-t-on appris mercredi de source syndicale et auprès du ministère de la Justice.

Ces retraités volontaires formeront "la réserve civile pénitentiaire" instituée par la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009. Elles sera constituée de fonctionnaires à la retraite depuis 5 ans au plus et âgés de moins de 65 ans.

Un courrier a été préparé par le ministère de la Justice à destination des anciens agents de la pénitentiaire remplissant ces critères qui souhaiteraient être candidats.

Dans ce courrier daté du 17 mars, dont l'AFP a eu copie, le garde des Sceaux, Michel Mercier, rappelle les missions assignées à cette réserve: "renforcement de la sécurité, formation des personnels, étude ou coopération internationale, assistance des personnels des services pénitentiaires d'insertion et de probation" (SPIP).

C'est d'ailleurs plus particulièrement auprès des SPIP que le ministre souhaite mobiliser ces agents retraités, explique-t-il dans son courrier.

Le manque de moyens de ces services chargés notamment du suivi des condamnés purgeant une peine hors de prison avait été mis en lumière lors de l'affaire Laetitia et Michel Mercier lui-même avait admis la nécessité de les renforcer.

Pour cela, il avait annoncé "un triplement" du budget consacré en 2011 à la réserve judiciaire et pénitentiaire, soit 5 millions d'euros.

La réserve judiciaire sera quant à elle consituée de magistrats et greffiers à la retraite âgés de 75 ans au plus. Elle a été créée par la loi de finance 2011.

L'objectif est que les premiers volontaires de ces deux réserves puissent être mobilisés sur le terrain après l'été, a indiqué la Chancellerie à l'AFP.

"La réserve civile est un bien pitoyable stratagème développé pour injecter des personnels +bon marché+ sur des missions qui devraient être remplies par des fonctionnaires titulaires", critique la CGT pénitentiaire dans un communiqué.

Les professionnels de la justice sont appelés à la grève mardi par les syndicats et organisations du secteur afin d'exiger "un plan d'urgence" pour la justice accompagné de recrutements pérennes.