France

Adolescent tué à Asnières: couvre-feu pour les mineurs prolongé au 31 mars

Le couvre-feu pour les mineurs à Asnières-sur-Seine et Gennevilliers, instauré après le décès mi-mars d'un jeune de 15 ans lors d'une rixe, a été prolongé mercredi jusqu'au 31 mars, ont annoncé le préfet des Hauts-de-Seine et les maires des deux villes.

Le couvre-feu pour les mineurs à Asnières-sur-Seine et Gennevilliers, instauré après le décès mi-mars d'un jeune de 15 ans lors d'une rixe, a été prolongé mercredi jusqu'au 31 mars, ont annoncé le préfet des Hauts-de-Seine et les maires des deux villes.

"Le couvre-feu a permis d'apaiser la situation, mais il reste encore certaines formes de violence dans les propos qui montrent qu'ils ne sont pas loin de repasser à l'acte", a déclaré à la presse le préfet Patrick Strzoda.

M. Strzoda, le maire PS d'Asnières Sébastien Pietrasanta et le maire PCF de Gennevilliers Jacques Bourgoin ont annoncé le maintien jusqu'au 31 mars du dispositif interdisant la circulation des mineurs non accompagnés dans les quartiers limitrophes des deux villes entre 20H00 et 06H00, ainsi que le maintien des forces de police supplémentaires.

M. Strzoda a précisé que depuis la mise en place du couvre-feu, dix jeunes avaient été interpellés avant d'être remis à leurs parents.

"Le couvre-feu vise à protéger les jeunes, à responsabiliser les parents et les jeunes et à permettre à l'enquête judiciaire de se dérouler dans un climat apaisé", a-t-il ajouté.

MM. Pietrasanta et Bourgoin ont pour leur part rappelé la tenue prochaine d'activités et de sorties communes pour les jeunes dès les vacances de Pâques, sans donner plus de précisions.

Dans la nuit du 12 au 13 mars, Samy, un Asniérois de 15 ans, est mort après avoir été poignardé au thorax dans une rixe entre des jeunes de la cité du Luth, à Gennevilliers, et du quartier des Courtilles, à Asnières.

Son décès a été suivi d'agressions à l'arme blanche visant deux autres jeunes hommes, blessés l'un le 13 mars, l'autre le 15.