Marchés publics de Haute-Corse: le maire assassiné avait été mis en examen

© 2011 AFP

— 

Dominique Domarchi, le maire assassiné lundi dans son village de Haute-Corse, avait été mis en examen la semaine dernière dans une affaire de marchés publics présumés frauduleux au conseil général du département, a-t-on appris mercredi de source proche de l'enquête.

Mais rien ne permet dans l'enquête en cours pour "meurtre en bande organisée" de faire un lien entre les deux événements, a-t-on ajouté de même source.

Maire de Saint-André-de-Cotone, proche conseiller et ami intime du président du Conseil exécutif de la Collectivité territoriale de Corse (CTC), Paul Giacobbi, M. Domarchi, 63 ans, a été mis en examen le 14 mars par le juge d'instruction Charles Duchaine de la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Marseille.

Le maire d'un autre village de Haute-Corse, Saint-Pierre-de-Venaco, Dominique Viola, également très proche conseiller de M. Giacobbi, a été mis en examen dans la même affaire.

M. Giacobbi présidait le conseil général de Haute-Corse, à Bastia, jusqu'à la victoire de la gauche aux élections territoriales de mars 2010. MM. Domarchi et Viola l'avaient suivi à Ajaccio où siègent de l'éxécutif de la CTC et de l'Assembée de Corse.

Dans l'enquête sur l'assassinat, confiée par le parquet de Bastia à la section de recherches de la gendarmerie, toutes les pistes sont suivies: affaire privée, crime politique ou crapuleux.

L'autopsie pratiquée à Bastia sur le corps de Dominique Domarchi, qui, selon ses proches, ne se sentait pas menacé, a confirmé que l'élu avait été tué de plusieurs décharges d'arme de chasse tirées à courte distance, comme l'avait indiqué le procureur de la République de Bastia, Dominique Alzeari.

Le magistrat ne l'a pas précisé mais les termes "meurtre en bande organisée" laissent entendre que plusieurs tireurs seraient impliqués dans l'assassinat.

Dans l'enquête sur des marchés publics supposés frauduleux, M. Domarchi avait été entendu en décembre 2010 à Marseille, de même que M. Viola, par le juge Duchaine. Ces auditons s'étaient déroulées sous le régime de la garde à vue, mais les deux hommes étaient ressortis libres, aucune charge n'étant alors retenue contre eux.

Dans cette affaire, le directeur des interventions sanitaires et sociales au conseil général de Haute-Corse, Pierre Olmeta, a été mis en examen en novembre pour détournement de fonds publics et favoritisme et écroué aux Baumettes, à Marseille.

M. Giacobbi avait catégoriquement démenti en janvier des informations de presse sur le versement de pots-de-vin par M. Olmeta à ses collaborateurs et amis.

Dominique Domarchi est le cinquième maire d'un village corse assassiné depuis 1990. Aucun des quatre crimes précédents n'a été élucidé.

Ses obsèques auront lieu jeudi matin à Saint-André-de-Cotone. L'association des maires de Haute-Corse a appelé à la fermeture de toutes les mairies du département de 10h00 à 12h00 en signe de recueillement.

Le président de l'Assemblée de Corse, Dominique Bucchini (PCF), a apporté son soutien à M. Giacobbi et appelé à "un sursaut moral pour sortir la Corse de la spirale infernale de la violence".

M. Giacobbi, qui est député PRG de Haute-Corse, devait s'adresser mercredi au gouvernement sur cet assassinat et sur la violence en Corse, durant la séance des questions orales.