L'ambassade de France à Tokyo distribue des pastilles d'iode aux Français

© 2011 AFP

— 

L'ambassade de France à Tokyo a commencé, "à titre préventif" face au risque nucléaire, à distribuer des pastilles d'iode aux Français du Japon dont environ 3.000 se trouvent aujourd'hui dans la région de la capitale japonaise, a annoncé jeudi le Quai d'Orsay.

"A titre préventif, une distribution de pastilles d’iode est en cours. Il est rappelé que ces comprimés sont surtout importants pour les femmes enceintes et allaitantes, les enfants et jeunes adultes", a indiqué le ministère des Affaires étrangères lors d'un point-presse.

Il rappelle qu'"en raison de leur durée d’effet limitée, la prise de ces comprimés ne doit impérativement s’effectuer que sur les consignes données par les autorités nippones ou l’ambassade, qui agit en étroite relation avec les experts et médecins de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN)".

Le tsunami qui a suivi le séisme au Japon vendredi a mis hors d'usage les circuits de refroidissement des réacteurs de la centrale de Fukushima, dans le nord-est de l'archipel, où les autorités nippones luttent pour prévenir une catastrophe nucléaire majeure.

En cas d'accident nucléaire, de l'iode radioactif peut être rejeté dans l'atmosphère. Respiré ou avalé, il peut accroître le risque de cancer de la thyroïde. En saturant l'organe, l'iode stable en comprimés évite la fixation de l'iode radioactif, limitant notablement les risques pour la santé.

Le ministère répète également qu'"il est fortement recommandé aux ressortissants français résidant dans la région du Kantô (mégalopole de Tokyo) et dont le nombre initial de 7.000 est aujourd'hui estimé à 3.000, de se déplacer vers le sud du pays ou de rentrer en France".

Le nombre de Français au Japon était de 9.000 le 11 mars, jour du séisme, dont 7.000 enregistrés dans la région de la capitale.