Ségolène, la fille cachée de Mitterrand ?

© 20 minutes

— 

Double commémoration au Parti socialiste. Le dixième anniversaire de la mort de François Mitterrand a été concurrencé hier au PS par l’irrésistible ascension de Ségolène Royal. Déjà très aimée des Français ces derniers mois, la présidente de la région Poitou-Charentes a été intronisée ce week-end, grande favorite socialiste pour la présidentielle de 2007, selon deux sondages parus hier. Populaire Pour l’enquête CSA-Le Parisien, 42 % des Français souhaitent qu’elle soit la candidate du PS, devant Lionel Jospin (24 %) et Jack Lang (20 %). Plus fort encore, le sondage Ifop-JDD prétend qu’elle a « la stature d’un président de la République » selon 53 % de la population. Hier, l’intéressée s’est payé le luxe de se démarquer des éléphants du PS, délaissant la cérémonie officielle de Jarnac pour se rendre au Chili, soutenir la candidate socialiste Michelle Bachelet à la présidentielle nationale. « Je pars au nom de tous les socialistes pour soutenir une femme courageuse. Mais je serai à Jarnac par le coeur et la pensée. François Mitterrand aurait fait le même choix », a-t-elle expliqué avant son envol samedi soir. Héritière Ségolène Royal, dépositaire de l’héritage Mitterrand ? « Il faut laisser du temps au temps », s’est contenté de répondre hier François Hollande, son compagnon et premier secrétaire du PS, citant l’ancien président. Pour les autres candidats probables à la candidature PS, la popularité « royaliste » est un sujet de plus en plus irritant. « Ne nous embêtez pas avec ces histoires de sondages. Mitterrand était un homme avec une forte personnalité, mais il ne jouait jamais perso », a raillé hier Jack Lang. Projet Côté militants, l’ancienne ministre du gouvernement Jospin séduit. « Elle inspire plus confiance, elle semble loyale alors que les hommes du parti n’arrêtent pas de s’entre-déchirer », confie Catherine, 45 ans. « Ségolène est bien, mais elle n’a pas le charisme d’un chef, comme Fabius ou Strauss-Kahn », estime au contraire Francis, 52 ans. Pour Pierre, 30 ans, « Royal ou un autre, c’est pas le problème. Le problème, c’est que le PS n’a pas de projet pour l’instant. En 1981, Mitterrand en avait un vrai. Royal, qu’est-ce qu’elle propose ? » Bastien Bonnefous