Les ménages français continuent de vivre dans l’attente de la reprise

© 20 minutes

— 

L’espoir de reprise apparu en 2003 avait été brisé net, selon les précédentes études de l’Observateur Cetelem. Depuis, les consommateurs français et européens se sont installés dans une situation d’attentisme. Une tendance qui se confirme en 2005 et se poursuivra en 2006. Pour l’avenir, les ménages sont moins optimistes (27 % en 2004, 22 % en 2005) et plus inquiets (41 % en 2004, 45 % en 2005). Des inquiétudes qui concernent plus la situation générale que les situations personnelles où les Français sont plus confiants. Pour autant, la tentation de consommer (31 % des personnes interrogées) reste plus forte que l’envie d’épargner (27 %), un indicateur plutôt positif dans cette période où la consommation est le principal moteur de la croissance. L’année 2005 a été une année plutôt convenable pour les neuf marchés étudiés par l’Observateur Cetelem : meuble, électroménager, TV hi-fi vidéo, informatique, sport, bricolage, automobile, moto-scooter, crédit à la consommation. Certains secteurs sont particulièrement porteurs en France qui est, par exemple, à la première place européenne des budgets des ménages pour les produits TV-hi-fi-vidéo. D’une manière générale, les marchés liés à l’univers de la maison (électrodomestique, meubles...) sont en progression. Seul bémol : les intentions d’achat pour 2006 sont orientées à la baisse dans tous les secteurs. Mais il suffit d’une innovation technologique (comme les écrans plasma en 2005) pour relancer tout un marché. David Carzon

chiffres 1er La France est en tête en Europe des budgets des ménages sur les marchés du sport (349 e par an) et du matériel TV-hi-fi-vidéo (270 e par an). 8 % de baisse des intentions d’achat pour 2006 concernant les marchés du meuble et de l’électroménager. 4,8 % de hausse estimée pour la photo, c’est la plus forte progression parmi tous les marchés en 2005. 58 % seulement de voitures neuves sont achetées par des particuliers.