Une fracture en Europe

© 20 minutes

— 

Au siècle dernier, le consommateur européen n’existait pas. Depuis trois ans, avec l’arrivée de l’euro et la duplication des concepts de distribution, les attentes des consommateurs en Europe se sont rapprochées. Sauf qu’une nouvelle zone de fracture est en train de se faire jour entre la « Vieille Europe » où les marchés sont les plus importants mais où l’on affiche davantage de pessimisme pour l’avenir, et la « Nouvelle Europe » avec les nouveaux pays entrants qui conjuguent croissance et enthousiasme. En Europe de l’Ouest, le moral est plutôt orienté à la baisse. C’est le cas en Belgique, en Espagne, au Royaume-Uni, en Italie et plus particulièrement au Portugal où l’on note une forme d’abattement général. Autre indicateur : alors que les pays européens annoncent en majorité qu’ils préfèrent consommer plutôt qu’épargner, seuls l’Allemagne et le Royaume-Uni se distinguent par leur volonté de mettre de l’argent de côté pour des jours meilleurs. En Europe centrale et de l’Est, l’optimisme augmente en revanche, notamment pour les pays qui viennent d’entrer dans l’UE. La République tchèque connaît ainsi une véritable période d’euphorie. La Pologne reste un peu à part : malgré une forte croissance, son moral reste en berne. D.C.