Charm el-Cheik : les familles amères

© 20 minutes

— 

Deux ans et toujours rien. L’Association des familles des victimes de la catastrophe aérienne de Charm el-Cheikh en Egypte, en janvier 2004, a regretté hier, à la veille du deuxième anniversaire du drame, qu’aucune avancée n’a été réalisée dans l’enquête. Marc Chénet, le président de l’association, a carrément reproché à Jacques Chirac de ne pas s’être « du tout intéressé ni impliqué » dans ce dossier. Le 3 janvier 2004, le Boeing de Flash Airlines s’était écrasé, faisant 148 victimes dont 135 françaises. « Nous ne sommes pas souverains en Egypte et comme le Président n’a pas tapé sur la table pour exercer cette souveraineté, nous en sommes là », a regretté Marc Chénet. Le président de l’association a même accusé la France de ne pas vouloir faire la lumière sur les causes du crash, à cause des relations économiques avec l’Egypte. « Entre-temps, Egypt Air a acheté des Airbus et Aéroports de Paris a signé six contrats de gestion d’aéroports en Egypte », a- t-il relevé.