Le médecin traitant pour soigner la Sécu

© 20 minutes

— 

Des remboursements mieux traités avec le médecin traitant. Le gouvernement a achevé la dernière étape de sa réforme du parcours de santé. A la fin 2005, près de 70 % des Français de plus de 16 ans ont choisi leur médecin traitant, soit plus de 34 millions de personnes. Il s’agit dans la quasi-totalité des cas d’un généraliste, libéral ou hospitalier. Pour ceux qui ne l’ont pas encore fait, il n’est pas trop tard. L’assuré peut s’abstenir de choisir son médecin tant qu’il n’est pas malade et faire signer sa déclaration lors d’une consultation. Depuis hier, cette réforme est entrée pleinement en vigueur, notamment avec son volet sanctions. En effet, si le patient ne passe pas par un médecin traitant pour consulter un praticien ou un spécialiste, il encourt des pénalités financières. Dans ce cas, le taux de remboursement des soins par la Sécurité sociale passe de 70 à 60 %. De plus, le spécialiste peut demander un dépassement d’honoraires allant jusqu’à 7 e. Et les complémentaires santé sont encore plus incitées à ne pas prendre en charge la baisse des remboursements et les dépassements d’honoraires. Reste les cas où le patient est remboursé normalement lorsqu’il consulte en urgence, lorsqu’il est en vacances ou en déplacement, quand son médecin traitant est en congés ou s’il consulte certains spécialistes (pédiatre, ophtalmologue pour la prescription et le renouvellement des verres correcteurs, gynécologue, psychiatre pour les moins de 26 ans). Maintenant que les patients ont rempli leur part du contrat, il faudra voir si la réforme a généré l’économie d’un milliard d’euros prévue en 2005. David Carzon