Un violeur présumé pisté grâce à son ADN et un logiciel

© 20 minutes

— 

Les policiers auraient enfin identifié sur « le violeur aux chaussettes ». Lassana C., incarcéré à Toulouse pour une tentative de cambriolage, est soupçonné d’avoir agressé treize femmes à travers la France depuis 2002. Les viols et tentatives ont été commis à Clermont-Ferrand, Paris, Montpellier et Vichy (Allier) entre octobre 2002 et octobre 2005. A chaque fois, il pénétrait chez ses victimes en profitant d’une fenêtre ouverte. Il les attaquait par derrière pour qu’elles ne puissent pas l’identifier et leur cachait le visage. Il utilisait souvent comme gant une chaussette, pour éviter de laisser des traces, ce qui lui avait valu son surnom. Le jeune homme de 25 ans, sans domicile fixe et sans emploi, a été identifié par son ADN et grâce au logiciel Salvac (système d’analyse des liens de la violence associée au crime). L’an dernier, ce programme informatique avait détecté des similitudes entre plusieurs viols commis dans toute la France. Les renseignements sur l’auteur présumé dans toutes ses affaires avaient été envoyés à tous les policiers et gendarmes. Sans succès. La solution est finalement venue d’une autre affaire de viol dans un foyer où avait été découvert de l’ADN. Les policiers sont alors remontés jusqu’à Lassana. Or l’empreinte génétique du jeune homme correspondait aussi à des faits commis par « le violeur aux chaussettes ».