Les profs d’Etampes réclament du concret

© 20 minutes

— 

Rentrée sans élèves à Louis-Blériot. Les personnels du lycée professionnel d’Etampes (Essonne), où une enseignante a été poignardée le 16 décembre par un élève, ont passé la journée d’hier à écouter la parole officielle dans une ambiance visiblement tendue. Ils ont reçu hier matin la visite du recteur de l’académie de Versailles, Alain Boissinot, alors qu’ils exercent leur droit de retrait, depuis l’agression de leur collègue grièvement blessée. L’inspecteur leur a notamment promis les créations d’un poste de proviseur adjoint, d’un poste d’infirmière scolaire et d’au moins deux postes d’assistants d’éducation. Des annonces jugées insuffisantes par une partie des profs qui réclament « des engagements écrits, datés et concrets » dès le conseil d’administration extraordinaire prévu ce soir. Pour les enseignants, « tant que les conditions de sécurité au lycée ne seront pas véritablement assurées, il n’y aura pas de reprise des cours et nous continuerons d’exercer notre droit de retrait, a expliqué l’un d’entre eux qui souhaite rester anonyme. Dans la soirée, ses collègues ont confirmé qu’ils n’accueilleraient pas leurs élèves aujourd’hui. Une position irresponsable selon l’académie. « Il faut que les cours reprennent avant la fin de la semaine », a prévenu hier soir l’inspectrice d’académie de l’Essonne, Marie-Louise Testenoire. « On nous bourre le mou, s’énerve un prof. On a déjà débrayé en novembre 2004 pour des problèmes de violences, et rien n’avait bougé. Aujourd’hui, le recteur nous dit “Il est possible, il est prévu que...”, en somme, que de l’abstrait...» Un temps évoqué, le départ de la proviseure Catherine Kapfer, jugée trop laxiste par certains enseignants, ne semble plus être une priorité. « Elle va sûrement être maintenue jusqu’à la fin de l’année mais vu le bordel, elle sera tranquillement mutée à la rentrée prochaine », confie un enseignant. Bastien Bonnefous

victime Karen Montet-Toutain, la prof agressée, a quitté l’hôpital hier « très fatiguée », selon son avocat, Koffi Senah.