«Un réveil démocratique»

© 20 minutes

— 

Directeur de l’association Civisme et démocratie. Peut-on parler d’un réel « réveil citoyen » ? Oui. A mon sens, il y a bien une prise de conscience nationale, un réveil démocratique positif. Quant à savoir si cela va durer, je reste prudent : après le 21 avril 2002, il n’y a pas eu plus d’adhésions aux partis politiques ni de mobilisation aux élections. Qu’est-ce qui a poussé les gens à s’inscrire ? Avant tout, c’est l’écho médiatique qui a incité les récalcitrants ou les distraits à prendre cinq minutes pour aller à la mairie. L’envie de compter dans la démocratie, de se donner le choix, après les émeutes. Leur vote peut-il faire la différence en 2007 ? Difficile à dire. L’enjeu est déjà de transformer l’essai, pour que ces nouveaux électeurs s’impliquent et votent. Recueilli par Laure de Charette