Victoires de la Musique : le triomphe de Gaëtan Roussel

© 2011 AFP

— 

Gaëtan Roussel a remporté mardi sa deuxième Victoire de l'année, en empochant le trophée d'artiste-masculin de l'année, lors de la 26e édition de cette cérémonie que les organisateurs ont voulu dépoussiérer en s'inspirant des shows à l'américaine.

"Ca me touche énormément. Je ne pensais vraiment pas que ce premier album solo m'emmenerait là", a déclaré le chanteur la gorge nouée, en ayant "une pensée pour Alain Bashung".

Il avait déjà gagné la Victoire de l'album rock de l'année avec "Ginger", le 9 février au cours de la première partie de la cérémonie qui est scindée en deux soirées cette année.

Gaëtan Roussel est le chanteur des groupes Tarmac et Louise Attaque, avec qui il a remporté la Victoire du groupe de l'année en 1999.

Après avoir écrit et produit pour Alain Bashung, Rachid Taha et Vanessa Paradis, il s'est lancé pour la première fois en solo au printemps 2010 avec "Ginger", un album unanimement salué par la critique comme un des meilleurs disques français de l'année.

Le chanteur, grand favori de la compétition, est également nommé pour la Victoire de l'album de l'année toutes catégories et celle de la chanson originale de l'année avec "Help myself (nous ne faisons que passer)".

Cette année, les organisateurs des Victoires de la musique ont voulu associer davantage le public au choix du palmarès.

Un panel de 200 votants, choisi par les médias partenaires, a été invité à voter lors d'un deuxième tour de scrutin aux côtés des 1.226 membres de l'académie des votants, parmi une liste de 8 nommés choisis par les professionnels.

En outre, c'est le public qui désignera l'album de l'année. Les internautes peuvent voter jusqu'à mardi parmi tous les lauréats des albums de l'année par catégories : rock, chansons, musiques du monde, musiques électroniques et musiques urbaines.

La Victoire de la chanson originale de l'année sera aussi décernée par le public, appelé à voter pour l'un des quatre nommés pendant la cérémonie.

Après une arrivée des artistes sur tapis rouge, la cérémonie a commencé par un hommage à Jean Ferrat, disparu l'an dernier, interprété par Nolwenn Leroy et Maurane.

Scène suspendue en l'air, jeux de lumière, interview en direct des nommés, interaction avec la salle... les organisateurs ont voulu cette année dépoussiérer une cérémonie, souvent décriée pour son manque de rythme.

S'inspirant de la cérémonie des Grammys Awards aux Etats-Unis, ils ont demandé aux artistes de mettre en scène les nombreux moments de musique qui entrecoupaient les remises des prix.

Le jeune belge Stromae a ainsi interprété son tube "Alors on danse", accompagné d'un orchestre symphonique.

-M-, accompagné de son frère et de sa soeur, a rendu un émouvant hommage à leur grand-mère, la poétesse Andrée Chédid, disparue il y a quelques semaines.

Jean-Louis Aubert, Bernard Lavilliers, Christophe Maé, Jenifer et Coeur de Pirate ont également chanté en l'honneur de Serge Gainsbourg, dont on célèbrera mercredi le 20e anniversaire de la mort.

La soirée, diffusée sur France 2 et France Inter, était présentée par Marie Drucker et la nouvelle recrue de France 2 Aline Afanoukoé en direct du Palais des Congrès.