Hauts-de-Seine: des tracts signés Action directe envoyés à 16 commissariats

© 2011 AFP

— 

Seize commissariats et postes de police des Hauts-de-Seine ont reçu depuis vendredi des tracts signés Action Directe (AD), annonçant la réactivation de ce groupuscule armé d'extrême gauche, a-t-on appris mardi de source policière.

Sur les tracts figurent notamment les phrases "A bas la dictature capitaliste. Flics, vos jours sont comptés. Nous commencerons l'extermination par le 92", qui, selon la même source, ciblent exclusivement les Hauts-de-Seine.

Les tracts ont été reçus dans sept postes de police le vendredi 25 février, sept lundi et deux mardi.

Une enquête a été ouverte vendredi par le parquet antiterroriste de Paris.

La section antiterroriste de la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne a été saisie de cette affaire.

Les tracts portent en haut à gauche l'étoile d'AD et en haut à droite "à la mémoire de", avec les noms des dirigeants du groupe Jean-Marc Rouillan, Georges Cipriani, Nathalie Ménigon et Joëlle Aubron, décédée en 2006.

Les premiers tracts ont été envoyés neuf jours après l'appel par le parquet de la mesure de semi-liberté accordée à l'ancien leader d'AD, Jean-Marc Rouillan.

Il est le dernier membre du groupuscule à passer ses jours et ses nuits en prison pour les assassinats du PDG de Renault, Georges Besse, en 1986, et d'un ingénieur général de l'armement, René Audran, en 1985.

AD a revendiqué ou s'est vu attribuer près de 80 attentats, dont plusieurs meurtriers, entre sa création en 1979 et son démantèlement en 1987.