La jeune fille violée et poignardée qui a échappé à son agresseur en faisant la morte raconte son calvaire

FAIT-DIVERS Elle est sortie de l'hôpital mardi...

© 2011 AFP

— 

La jeune fille de 20 ans, qui a survécu à une agression violente en  simulant la mort après avoir reçu 15 coups de couteau dans un parc de  Denain, à son domicile où elle est en convalescence, le 18 février  2011 à Bouchain.
La jeune fille de 20 ans, qui a survécu à une agression violente en simulant la mort après avoir reçu 15 coups de couteau dans un parc de Denain, à son domicile où elle est en convalescence, le 18 février 2011 à Bouchain. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

Elle va «un peu mieux» même si elle est «traumatisée», selon ses proches. La jeune femme, qui a survécu en simulant la mort après avoir été violée et grièvement blessée à la gorge lundi à Denain (Nord), a raconté son calvairece vendredi à son domicile de Bouchain. «J'ai mal au dos, au cou. Mais ça va un petit peu mieux», a confié la jeune femme de 20 ans, qui souhaite rester anonyme. Sortie de l'hôpital mardi, après avoir été opérée au cou, elle s'est exprimée encore sous le choc, portant une minerve et des bandelettes à une main.

«Il n'y a personne qui t'entend»

Son agresseur présumé, un homme de 28 ans, condamné à plusieurs reprises pour des délits, a reconnu être l'auteur du viol et des quinze coups de couteau infligés à la victime dans un parc de Denain. Il a justifié son geste par un désir de vengeance, selon le parquet de Valenciennes. «Il m'a envoyé un SMS en se faisant passer pour ma meilleure amie», a relaté la jeune femme, décrivant le piège qui lui a été tendu lundi. «Il m'a emmenée» dans le parc en disant que cette amie s'y trouvait, a-t-elle poursuivi.

>> Retrouvez l'interview vidéo en cliquant ici

Puis, «il m'a mis la main sur la bouche et m'a dit “j'ai envie de toi”. C'est là que je me suis mise à crier. J'ai paniqué. Il m'a dit “de toute façon, il n'y a personne qui t'entend”. Il a commencé à me violer et à me donner des coups de couteau», a-t-elle témoigné. La jeune femme a raconté avoir retenu sa respiration après avoir été jetée à terre pour «faire la morte. J'avais peur qu'il revienne vers moi», a-t-elle soufflé.

«Je ne sais pas si elle en s'en remettra un jour»

Victime d'une plaie profonde au cou, elle a été opérée lundi soir. «Physiquement, elle commence à aller mieux, mais elle est traumatisée. Je ne sais pas si elle s'en remettra un jour», a déclaré à l'AFP son frère jumeau. «On va rechercher un bon avocat», a-t-il précisé, avant d'expliquer la vengence de l'agresseur présumé par le fait qu'il soupçonnait sa soeur d'avoir cassé son couple en dissuadant sa compagne de rester avec un homme qui sortait de prison.

«Il a pensé qu'elle était morte avec les coups de couteau qu'il avait donnés. Elle a essayé de couper sa respiration, de se faire passer pour morte. Après il a remarqué que ma soeur bougeait. Il est revenu, il lui a redonné un coup de couteau avant de repartir. Ma soeur a attendu une heure à l'endroit où elle était. Puis elle a rejoint la route et quelqu'un lui est venu en aide», a-t-il poursuivi. L'agresseur présumé a été mis en examen et écroué mardi pour viol aggravé (sous la menace d'une arme) et tentative d'assassinat. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.