Un mineur blessé lors d'un contrôle de police en Seine-et-Marne

© 2011 AFP

— 

Un mineur âgé de 17 ans a été blessé samedi par la police après avoir foncé volontairement sur les fonctionnaires lors d'un contrôle à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne), a-t-on appris dimanche de source policière et judiciaire.

"Un individu roulant à bord d'une voiture volée, a priori la veille (vendredi, ndlr), a foncé sur les policiers" qui ont riposté, a indiqué à l'AFP la source policière.

Le suspect, originaire du Val-de-Marne, fait partie de la communauté des gens du voyage. Il a été transporté à l'hôpital de la Pitié-Salpetrière à Paris, a-t-on ajouté.

"Sa blessure au niveau de l'omoplate s'est avérée plus légère qu'on ne le pensait" et "il devrait sortir de l'hôpital dans la journée", a précisé le procureur de la République de Melun, Bruno Dalles.

Les faits se sont produits vers 16H45 lorsque les fonctionnaires ont aperçu une voiture roulant à vive allure et ont reconnu la voiture volée, a expliqué la source policière.

"Ce véhicule volé à Réau (Seine-et-marne) n'a pas respecté l'injonction de s'arrêter, il a continué à rouler en direction de Melun, puis s'est engagé sur une petite route qui s'est révélée être une voie sans issue. En faisant demi-tour le véhicule s'est retrouvé face à l'équipage de police et a foncé", a précisé à l'AFP M. Dalles.

"A ce moment-là, les policiers ont fait usage d'arme et malgré cette injonction le véhicule ne s'est pas arrêté", a-t-il poursuivi, indiquant que le mineur a été interpellé plus loin.

Un des policiers a fait usage de son pistolet gomme-cogne, puis devant le refus d'obtempérer, son collègue "a tiré avec son arme de service" le blessant "au niveau du corps, mais ses jours ne sont pas en danger", avait expliqué la source policière.

"Ce n'est pas un tir de visée mortelle", a assuré cette source, en évoquant la légitime défense.

"Les policiers ont agi dans un contexte de légitime-défense puisqu'ils ont tiré au moment où le conducteur fonçait sur eux", a souligné M. Dalles.

Des investigations sont en cours pour préciser chacune des séquences, a-t-il ajouté.

Le parquet de Melun a saisi la police judiciaire, antenne de Melun et l'Inspection générale des services.